L’histoire du syndrome de Diogène

21/03/2022

Diogène de sinope

Le nom « Syndrome de Diogène », adopté en 1975, fait référence à Diogène de Sinope, philosophe grec du ive siècle av. J.-C. et figure clé du cynisme ainsi que disciple d'Antisthène, Il vivait dehors, dans le dénuement, vêtu d'un simple manteau, muni d'un bâton, d'une besace et d'une écuelle. Dénonçant l'artifice des conventions sociales, il préconisait en effet une vie simple, plus proche de la nature, et se contentait d'une grande jarre couchée sur le flanc - en grec pithos - pour dormir.

Diogène est surtout connu pour la vie qu'il menait en dehors de toute convention sociale, même si son but réel était de vivre hors de la culture et de la civilisation grecque, en se pliant par exemple à certaines restrictions susceptibles de lui apporter une plus grande indépendance vis-à-vis des biens matériels, une plus grande liberté morale. Les motivations de sa vie hors normes disparaissent aux yeux de la société, parfois choquée par son habitation dans une jarre renversée ou sa pratique de la masturbation en place publique.

En 1966, deux psychiatres anglais, Mac Millan et Shaw, publient une étude sur 72 personnes âgées vivant dans des conditions d'hygiène personnelle et domestique inquiétantes. Ils avaient constaté chez ces patients un effondrement de leur norme de propreté personnelle et d'environnement et avaient appelé ce tableau « syndrome de décompensation sénile ».

La personne présentant ce syndrome choisit un isolement social aussi grand qu'il lui est possible ; elle en arrive à vivre presque recluse chez elle, n'ayant dès lors plus autant de raisons d'entretenir son logement et se désintéressant en même temps, à un degré plus ou moins grand, de son hygiène personnelle. Paul Léautaud, Howard Hughes dans les dernières années de sa vie en constituent une illustration.

Se pensant à tort ou à raison en risque de pauvreté extrême, ce qui lui est suggéré par la vie peu gratifiante où elle s'installe, elle essaie d'économiser le plus possible pour parer à l'avenir, et accumule parfois des sommes importantes sans avoir réellement conscience de leur valeur. Accumuler aussi chez elle de grandes quantités de déchets ou du moins d'objets sans utilité immédiate l'amène à vivre dans des situations insalubres : d'abord simple encombrement, puis impossibilité d'entretenir ou même de faire entretenir son logement en raison même de cet encombrement devenu obstacle.

Diogène de sinope

Disciple de Xéniade et d'Antisthène, il devient le maître, entre autres, de Monime. Parmi tous les auteurs cyniques, c'est au sujet de Diogène que la légende a accumulé le plus d'anecdotes et de mots d'esprit, issus notamment de l'ouvrage de Diogène Laërce Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres qui relève du genre littéraire de la chrie. Ce foisonnement rendant leur authenticité douteuse. Les portraits de Diogène qui nous ont été transmis divergent parfois, le présentant tantôt comme un philosophe débauché, hédoniste et irréligieux, tantôt comme un ascète sévère, volontaire, voire héroïque.

La masse d'anecdotes légendaires sur Diogène montre que le personnage a profondément marqué les Athéniens. Il vit dehors, dans le dénuement, vêtu d'un simple manteau, muni d'un bâton, d'une besace et d'une écuelle. Dénonçant l'artifice des conventions sociales, il préconise en effet une vie simple, plus proche de la nature et se contente d'une grande jarre couchée sur le flanc - en grec pithos - pour dormir. Diogène a l'art de l'invective et de la parole mordante. Il semble qu'il ne se prive pas de critiquer ouvertement les grands hommes et les autres philosophes de son temps (parmi lesquels Platon).

Les apostrophes les plus connues qui lui sont attribuées sont :

  • « Je cherche un homme » (voulant dire un homme « vrai », bon et sage), phrase qu'il a lancée à ses concitoyens en parcourant les rues, brandissant sa lanterne allumée en plein jour et qu'il approche du visage des passants ;
  • « Ôte-toi de mon soleil », réplique faite à Alexandre le Grand, qui est aimablement venu le voir et qui lui a demandé s'il pouvait l'aider en quoi que ce soit.
diogène de sinope

Syndrome de diogène

On trouve souvent un tel comportement chez des personnes d'âge avancé souffrant de solitude après la mort d'un conjoint ou d'un parent très proche. Ce comportement peut être encouragé par une fragilité financière perçue, réelle ou non. La solitude, voulue, ou l'isolement, subi, semble être le facteur de déclenchement principal.

Les traits de personnalité que l'on observe fréquemment chez les patients diagnostiqués avec le syndrome de Diogène sont l'agressivité, l'entêtement, la méfiance à l'égard des autres, les sautes d'humeur imprévisibles, l'instabilité émotionnelle et une perception déformée de la réalité. Le syndrome de Diogène est lié plus généralement à des troubles mentaux. La relation directe entre la personnalité des patients et le syndrome n'est pas claire, bien que les similitudes de caractère suggèrent des pistes d'investigation potentielles.

NHC réhabilitation logement a plusieurs bureaux en France pour répondre aux besoins de leurs clients. Si vous avez besoin de leurs services de nettoyage extrême, vous pouvez les contacter aux adresses suivantes :

  • Bureau Gironde : 35 avenue du haillan, 33160 Saint-Médard-En-Jalles. Vous pouvez les contacter par téléphone au 05 33 06 41 05.

  • Bureau Dordogne : 696 Route de la Borie, 24260 Le Bugue. Vous pouvez les contacter par téléphone au 07 79 97 55 11.

  • Bureau Lot-et-Garonne : 84 Cr Victor Hugo, 47000 Agen. Vous pouvez les contacter par téléphone au 05 33 06 20 55.

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez obtenir un devis, vous pouvez également contacter NHC réhabilitation logement par e-mail à l'adresse suivante : contactfr.nhc@gmail.com. Leur équipe sera heureuse de répondre à toute vos demandes.

NHC réhabilitation logement : L’histoire du syndrome de Diogène
NHC réhabilitation logement : L’histoire du syndrome de Diogène